Adrien Gindre: « Maintenant, on ne commence jamais sans BFMTV »

A moins de cinq jours du premier tour des élections présidentielles, l’équipe de BFMFAN vous propose de découvrir celles et ceux qui suivent au quotidien les 10 candidats pour BFMTV. Après Thierry Arnaud, second épisode de cette série d’entretiens avec Adrien Gindre, journaliste politique, qui est chargé de suivre le Front National et sa présidente Marine Le Pen depuis quelques semaines, et vient en aide de temps à autre à ses confrères qui ont en charge d’autres candidats.

Bonjour Adrien,

Certains comme Thierry Arnaud ou Apolline de Malherbe suivent un candidat particulier, d’autres comme Jérémy Brossard ou vous alternez entre les candidats. Comment on s’organise pour suivre le FN un jour, EELV le lendemain ?

Nous sommes tous en charge du suivi plus spécifique d’un ou de plusieurs candidats. En ce qui me concerne, je suis chargé de la couverture de la campagne de Marine Le Pen ; Jérémy Brossard travaille sur celle de Jean-Luc Mélenchon. Naturellement, il peut nous arriver de prêter main forte sur telle ou telle actu politique. Cela demande éventuellement un petit travail supplémentaire de préparation, de prise de contacts etc. Cela reste malgré tout de la politique. S’il le faut, on trouve toujours un collègue pour un petit coup de de main.

 

Le niveau de la campagne est jugé très bas, vous partagez cet avis ? Selon vous, c’est la raison pour laquelle les français semblent se désintéresser à cette élection en particulier, et ce malgré la couverture des grands événements par les chaînes infos ?

C’est une campagne où la tactique et la stratégie ont une place très importante, peut-être plus importante que les questions de fond. C’est ce qui peut donner cette mauvaise image de la campagne. Pour ce qui est du désintérêt, il ne faut pas généraliser. Une partie des Français se désintéresse mais une partie seulement. Regardez l’affluence dans les meetings ou les audiences des retransmissions, la campagne reste un événement.

 

Quel est le candidat le plus « facile » à suivre, qui « joue le jeu des médias » au maximum et avec lequel les relations sont les plus simples, tout en étant professionnelles ? Les approcher est, on imagine, plus facile, car ils ont plus besoin de visibilité ?

Je ne connais pas tous les candidats personnellement, loin de là. Je pense que l’on peut dire une chose : ce sont des professionnels. Ils ont très bien compris ce qu’était une campagne et comment travaillaient les médias, les chaines infos en particulier. Plus que les candidats en eux-mêmes, ce sont leurs entourages, leur staff qui comptent pour nous. Ceux que l’on ne voit pas, en coulisses, ce sont eux qui nous permettent de travailler. L’aspect « technique » compte énormément en télévision, ce n’est pas que de la politique.

 

Une journaliste belge du quotidien le soir, Charline Vanhoenacker, a publié un billet sur son blog intitulé : « Ces journalistes qui se voient déjà à L’Elysée ». Elle explique, du côté du camp Hollande, les liens qui peuvent se tisser entre un journaliste poolé qui suit « 16 heures sur 24 pendant quatre mois », et un candidat. La journaliste a constaté une tentation de « le vendre » afin d’être entrainé dans son sillage et de vivre l’ivresse du pouvoir et les coulisses du palais pendant 5 ans. Comment réagissez-vous à tout cela ?

adrien_gindre_1Cela voudrait dire que l’ensemble des journalistes qui suivent Hollande sont pro-Hollande ? L’ensemble des journalistes qui suivent Sarkozy pro-Sarkozy ? L’ensemble des journalistes qui suivent Le Pen pro-Le Pen ? Ca me parait un peu gros.

 

 

« Avant, on ne commençait jamais sans l’AFP, maintenant on ne commence jamais sans BFMTV »

Une polémique récurrente revient à chaque soir d’élection, concernant la divulgation des résultats partiels, par les médias étrangers. On sait qu’il est interdit de les relayer pour les médias français, seulement, les réseaux sociaux, notamment Twitter, pourront avoir ce rôle de propagation de l���information. Cela peut-il avoir une influence sur les résultats ?

Pour nous, les choses sont assez simples et la direction nous l’a rappelé : il y a une législation en France, on la respecte, point. Que certains téléspectateurs se ruent sur Internet pour avoir les résultats avant 20h, c’est inévitable. Cela reste une minorité. Et ça ne les empêchera pas forcément de regarder la soirée électorale ensuite. Nous ferons en tout cas le maximum pour proposer qualité et réactivité toute la soirée.

 

adrien_3La notoriété de BFMTV et plus généralement l’omniprésence des chaînes se fait-elle ressentir au sein de partis politiques, notamment en cette période de campagne ?

C’est indéniable. La différence avec 2007 est saisissante. Je vais vous raconter une anecdote, une phrase qui m’est restée en tête, prononcée par un confrère à l’Assemblée Nationale il y a quelques mois juste avant le début d’une conférence de presse : « Avant, on ne commençait jamais sans l’AFP (l’Agence France Presse), maintenant on ne commence jamais sans BFMTV ». Je n’aurais pas osé la formule mais je la trouve assez vraie, assez sympa pour nous en tout cas.

 

BFMTV sera également très scrutée le soir du premier tour. Savez vous quel sera votre rôle durant cette soirée électorale ? Vous suivrez quel candidat ?

Nous resterons tous dans la continuité de ce que nous avons fait ces derniers mois. J’étais en charge du suivi de la campagne de Marine Le Pen, je serai donc au plus près de la candidate FN et de ses militants. Le matin, nous ferons vivre en direct son vote depuis Hénin-Beaumont puis le soir sa déclaration sera diffusée là encore en direct sur BFMTV, je serai là pour les réactions des militants, des lieutenants… Le Front National a réservé une salle dans le 15ème arrondissement de Paris pour l’occasion. Nous y serons.

 

Merci Adrien pour votre contribution, nous vous retrouvons dimanche soir pour commenter et analyser les résultats et les réactions sur le terrain.

Laissez vos commentaires à Adrien dans le formulaire ci-dessous pour réagir à cet entretien.

Mohamed

Ancien contributeur et rédacteur en charge des sections et entretiens BFM.

You May Also Like

  • Guillaume57

    Très bonne interview ! Bravo à Adrien Gindre pour son travail sur la chaîne. Je me souviens qu’il y a quelques années il travaillait uniquement le week-end, aujourd’hui reporter au sein du service politique… Quel parcours ! Félicitations.

  • BFMcenter

    Très bonne interview! Félicitation à Adrien Gindre pour sont magnifique parcours à BFMTV! Bonne continuation à lui!

  • Cyril

    Interview très sympa !
    Merci Mohamed 🙂 !
    Adrien Gindre, l’un des visages de cette campagne présidentielle sur BFM TV.
    Je pense qu’on le retrouvera encore ce dimanche pour le Front National.

    Eh oui, on ne commence jamais sans BFM TV.
    C’est normal après tout, étant la première chaîne d’info de France 🙂 !

Menu de navigation
×