Première édition : « Nous n’avons pas franchement le temps de rêver »

Après notre première partie sur l’équipe historique de Première édition, place cette fois-ci à un entretien avec la nouvelle équipe, à l’antenne depuis le 26 août dernier chaque matin de 4h30 à 6h. Rencontre avec un duo qui, à l’instar de celui qui incarne la matinale historique, n’a rien à vous cacher. Ton, atmosphère, conditions de travail, écriture des sujets… Céline Pitelet et Jean-Rémi Baudot se confient à BFMFAN.

Propos recueillis par Aurélien Giraux. Introduction et illustrations par Clément L.

Bonjour à tous les deux. Pouvez-vous revenir sur vos parcours personnels pour ceux qui ne vous connaîtraient pas ?

Jean-Rémi : Je suis à BFMTV depuis 2009 en tant que présentateur. D’abord les « JT de l’Eco » puis les journaux du 18-20, « INFO 360 » et le journal de la nuit et maintenant donc « Première Edition 4h30-6h ». A chaque fois de belles aventures. Auparavant, j’ai commencé à RMC et BFM Radio avant d’être journaliste et présentateur pendant quelques années à Bloomberg TV à Londres. Une expérience passionnante au cœur de la City, en pleine crise financière.

Céline : J’ai commencé le journalisme sur le terrain, en tant que reporter pour France Bleu, RTL et RMC. J’ai passé 5 années à RMC. Une expérience enrichissante qui m’a ouvert les portes de BFMTV. En 2010, j’ai commencé à faire du reportage et de la présentation sur la chaîne. Un an plus tard, la direction m’a fait confiance pour lancer une nouvelle tranche d’info en direct : « Week-end Première ». Je l’ai co-présentée avec Fabien Crombé pendant 2 ans. (cf. notre interview du 29 octobre 2011).
Pour cette rentrée 2013, j’avais envie d’un nouveau défi. Il s’est concrétisé avec le lancement de « Première Edition 4h30 – 6h », que je présente du lundi au vendredi avec Jean-Rémi.

Pourquoi avoir choisi BFMTV ?

Céline : Parce que c’est une chaîne moderne, dynamique, ambitieuse et qui ne s’endort pas sur ses lauriers. BFMTV sait identifier et garder ce qui fait son succès, tout en impulsant de nouveaux projets. C’est aussi une chaîne qui sait donner sa chance à la jeune génération et qui sait lui faire confiance.

Jean-Rémi : Quand on m’a proposé de rejoindre BFMTV en 2009, j’ai tout de suite accepté. Déjà car je connaissais déjà la maison NextradioTV pour avoir travaillé à RM C et BFM Radio. Et puis j’aime travailler dans ce groupe en constante évolution. BFMTV ose, aussi bien éditorialement que techniquement. C’est une force et je pense que les téléspectateurs le ressentent. Ils nous font aussi confiance car ils voient qu’on fait notre travail avec le plus de rigueur et d’honnêteté possible.

Quels sont les objectifs d’audience que vous ont donnés Guillaume Dubois et Hervé Béroud pour cette nouvelle tranche ?

Céline et Jean-Rémi Baudot
Céline et Jean-Rémi Baudot

Céline : L’objectif qui nous a été fixé est qualitatif : informer les gens au réveil, avec des news fraîches, un ton efficace et dynamique, de la bonne humeur… Un cocktail qui fait le succès de « Première Edition » 6h – 8h30 présentée par Christophe Delay et Pascale de la Tour du Pin. Comme eux, nous n’utilisons pas de prompteur, pour être dans un rapport plus direct et plus naturel avec nos téléspectateurs. Et l’audience est au rendez-vous : nous sommes autour de 15% de PDA et au-dessus des 100 000 téléspectateurs de moyenne à chaque instant. En un an, l’audience du 4h30 – 6h a bondi de 30%, et même de 45% par rapport à mai-juin dernier.

Quelle est la différence fondamentale entre BFMTV et les autres chaînes d’info en continu (LCI, i>TÉLÉ) ?

Jean-Rémi : En vrac, je pense : réactivité, proximité, ton et écoute. Vous savez, certains, comme au Petit Journal, ont pu singer nos « priorités au direct » sauf que je pense qu’aujourd’hui, tout le monde sait que quand il se passe quelque chose dans le monde, c’est sur BFMTV que c’est retransmis et traité en priorité.
Et la proximité, c’est aussi la manière dont on parle aux téléspectateurs et le fait qu’on recherche leur participation à travers les « témoins BFMTV ». Je pense que chacun peut s’approprier les infos que l’on donne.

Après, Céline a raison, personne à BFMTV ne s’endort sur ses lauriers. Je crois trop dans la logique de marché pour penser qu’une place de leader est un acquis.

La matinale de Christophe Delay et Pascale de La Tour du Pin a innové notamment avec un iPad. Vous avez des idées comparables ?

Jean-Rémi : Nous avons mis en avant dès la rentrée une rubrique « Coup de Cœur » à 4h55 et 5h25. Chaque jour, Céline ou moi présentons quelque chose qui nous a plu, ému, intéressé. Livre, spectacle, article… c’est un moment très personnel et très intéressant à partager.

Céline : On est en perpétuelle réflexion, avec des projets à tester. Nous réfléchissons en ce moment à la manière de faire vivre ce rendez-vous « Coup de cœur » au-delà de l’antenne, sur le net. Nous allons aussi nous concentrer sur les évolutions à apporter à la présentation de notre revue de presse.

Celine Pitelet
Céline Pitelet

Quelle est votre journée type ?

Céline : Je sors de l’antenne à 6h et prends un bon repas avant d’aller dormir. Après avoir vu Paris se réveiller, je vais me coucher jusqu’à 15h ou 16h. Ca me fait 6 heures de sommeil. Je profite de la fin d’après-midi et de la soirée, avec des moments de détente et du temps réservé au travail, notamment pour me replonger dans l’actualité. Un peu après minuit, je reprends le chemin de la rédaction pour retrouver Jean-Rémi et Julien Maurer, notre chef d’édition. La nuit de travail commence toujours autour d’un café, et dans la bonne humeur…

Jean-Rémi : Effectivement, nous arrivons aux alentours de 0h30 avec Julien et Céline. Après un petit remontant, on fait le point sur l’actu de la soirée puis on se met à l’écriture. Maquillage dans les 30 minutes avant l’antenne. Chaque minute compte et à cette heure-là, contrairement à ceux qui dorment, nous n’avons pas franchement le temps de rêver. Pour le reste, d’un point de vue perso, je dors en rentrant à 6h30 chez moi. J’aime avoir mon après-midi et ma soirée pour faire du sport, voir des amis et m’occuper de ma famille.

Comment parvenez-vous à tenir le rythme ?

Céline : Comme le rythme que l’on s’impose n’est ni naturel ni très bon pour notre corps, il faut compenser et le chouchouter par ailleurs. Je fais attention à ce que je mange : cette année, j’ai troqué les barres chocolatées en tout genre pour des plats équilibrés. Je fais en sorte de me réserver des moments de détente : massages, relaxation, natation… Le week-end, pour récupérer, je ne mets pas de réveil ! Et puis, il faut tout faire pour conserver une vie sociale : bien s’organiser pour voir ses amis, sortir et vivre ses passions.

Jean-Rémi : Et puis n’oublions pas qu’une motivation réside dans le plaisir qu’on prend tous les matins à se retrouver à 0H30 avec Céline, Julien et toutes les équipes de BFMTV. Bosser à cette heure-là en traînant des pieds, c’est la certitude de ne pas tenir longtemps.

Christophe et Pascale nous ont indiqués dans un entretien exclusif qu’ils étaient les mêmes en dehors de l’antenne. C’est pareil en ce qui vous concerne ?

Céline : Nous nous entendons très bien en dehors de l’antenne. Ca fait partie des éléments importants, qui font qu’on est contents d’aller bosser, et qu’on arrive avec le sourire… même en pleine nuit ! Mais l’image reflétée par le petit écran n’est qu’une petite partie de ce que nous sommes en dehors !

Celine Pitelet et JR Baudot
BFMTV finira-t-elle par être diffusée 24h sur 24 en direct ?

Jean-Rémi : la question a déjà été abordée et je crois qu’à terme c’est un souhait de la direction. Néanmoins, l’important pour l’instant, c’est que nous avons déjà une réactivité permanente, 24h/24.

Nous arrivons au moment où les équipes du soir partent. Si un fait d’actualité majeur arrivait à 1h du matin par exemple, il ne nous faudrait que très peu de temps pour prendre l’antenne et faire vivre l’événement. Les équipes de BFMTV sont toujours mobilisées. Et on l’a prouvé récemment avec la diffusion à 3h du matin d’un important discours de Barack Obama sur la Syrie. Allocution suivie d’un débat en plateau avec des invités et des duplex de nos correspondants.

Quelles sont vos passions et centres d’intérêts ?

Céline : Je suis passionnée par le théâtre et je fais partie d’une troupe d’improvisation théâtrale qui se produit chaque semaine dans une petite salle parisienne. Une heure de folie et de show sans filet. J’aime aussi tout ce qui touche aux sciences humaines et au bien-être. Et j’adore voyager, faire des rencontres, découvrir de nouvelles cultures.

Jean-Rémi : je crois qu’on se rejoint sur l’envie de voyage. Pour moi, le voyage et la photo sont d’ailleurs intimement liés. J’ai eu la chance d’exposer plusieurs fois mes photos (encore récemment à la Bellevilloise à Paris). Après, je garde une passion pour Londres où j’essaie de retourner régulièrement. Cette ville est incroyable, bouillonnante et tellement stimulante d’un point de vue culturel et économique. C’est cette passion que j’ai essayé de partager dans le guide « Londres L’Essentiel » que j’ai publié en 2011 aux Editions Nomades. (disponible sur Amazon en cliquant ici) (ndlr: Retrouvez notre précédent entretien avec Jean-Rémi à l’occasion de la sortie de son livre en cliquant ici)

Avez-vous été déjà contactés par des concurrents de BFMTV ?

Céline : J’ai été contactée par des boîtes de production qui souhaitaient monter des programmes et les vendre à des chaînes TV. Mais je suis toujours là, à BFMTV ! (elle sourit)

Jean-Rémi : pour ma part, j’ai déjà eu des discussions avec des chaînes de la TNT comme des chaînes « historiques ». Pour toutes les raisons citées plus haut, je suis loin d’être lassé de BFMTV.

Nous remercions Céline et Jean-Rémi pour leur complicité et leur participation à cet entretien.
Retrouvez-les chaque matin du lundi au vendredi et de 4h30 à 6h dans « Première édition » sur BFMTV.

Clément R.

Ex-fondateur BFMFAN (aujourd'hui NEWSROOM), traducteur de profession, passionné de médias d'information, nouvelles tech., je suis en charge de la responsabilité éditoriale, de la synchronisation des équipes, et du codage de NR.

You May Also Like

  • Johann

    Un entretien intéressant sur les coulisses de la Permière Edition et sur la personnalité de ceux qui l’incarne avec le sourire !.
    Cette session apporte une plu value avec sa chronique Cour de cœur qui apporte une touche de bonne humeur et nous sort du carcan d’une information souvent moribonde.
    Contrairement à ce certains pourraient penser, beaucoup ne connaissent pas encore Première Edition, ni à 4h30, ni même à 6h00. Une campagne pub serait nécessaire pour attirer ceux qui ne jurent que par RTL le matin 😉
    Merci.

Menu de navigation
×